Chauffage au bois domestique

Première filière d’énergie renouvelable en France en termes d’énergie produite, le chauffage au bois domestique est composé de deux grandes familles d’appareils : les appareils dits indépendants et les chaudières. Les chaudières sont des appareils destinés à répondre à 100 % des besoins en chauffage d’une maison individuelle et peuvent également participer à la production d’eau chaude sanitaire. Elles peuvent être à chargement manuel, alimentées par du bois bûche, ou à alimentation automatique (par des granulés de bois ou des plaquettes). Les appareils indépendants, sont eux, la plupart du temps, utilisés en énergie d’appoint et permettent ainsi de réduire de manière importante la consommation du système de chauffage principal. Ces appareils peuvent fonctionner avec des bûches ou des granulés.

Chiffres clés

7 millions

de ménages français sont équipés d'un système de chauffage du bois

10%

Part du chauffage au bois domestique dans la consommation finale de chaleur en France

75%

du bois énergie consommé en France l’est dans le secteur domestique

30 000

emplois directs et indirects dont 17 000 pour la production de combustible qui fournissent aussi en bois le secteur collectif, tertiaire et industriels.

73 000 GWh

d’énergie produite chaque année

25 %

de l’énergie renouvelable consommée en France

 

Les enjeux de la filière

  • Atteindre l’objectif de la PPE de 9,5 millions de ménages équipés en 2023 tout en maintenant une consommation de bois constante en France
  • Développer la chaleur renouvelable en remplacement des énergies fossiles tout en répondants aux exigences de qualité de l’air
  • Poursuivre l’amélioration de la qualité des appareils à travers le label Flamme Verte qui promeut des niveaux de performance énergétique et environnementale très élevés
  • Participer à la stabilité du réseau électrique en permettant l’effacement des consommations électriques au moment des pics de consommation hivernale

 

 

Les propositions du SER

1

Simplifier les dispositifs d’aide financière

La programmation pluriannuelle de l’énergie fixe un objectif à 9,5 millions de ménages équipés d’un système de chauffage au bois en 2023 contre 7 millions de ménages estimés en 2018. Tous ces objectifs devront être atteints avec une consommation de combustible égale, ce que rendent possible les performances des appareils modernes peu consommateurs de bois et l’isolation des bâtiments. L’enjeu du développement d’un parc plus performant est double : préserver la ressource d’une part et diminuer les émissions dans l’atmosphère d’autres part. Afin d’atteindre ces objectifs le SER propose de simplifier le dispositif d’aide à la rénovation afin de permettre chaque année plus de travaux d’économie d’énergie et de remplacement des énergies fossiles par des énergies renouvelables telles que le chauffage au bois.

2

Promouvoir le renouvellement des appareils pour améliorer la qualité de l’air

Plus de 80% des émissions de polluants du chauffage au bois sont dues au parc ancien et peu performant. Le remplacement du parc ancien par des appareils performants labélisés Flamme Verte 7 étoiles doit être accéléré. Certaines collectivités ont mis en place sur leur territoire une aide financière dédiée à cet objectif, le fonds air bois, qui a prouvé son efficacité. Le SER propose d’étendre à l’échelle nationale un tel dispositif, de la même manière qu’il existe une prime à la casse pour les voitures anciennes.

3

Encourager la structuration d’une filière de combustible bûche de qualité

La qualité du combustible joue un rôle primordial et complémentaire au renouvellement des appareils afin d’améliorer la qualité de l’air, la caractéristique la plus importante étant d’avoir un bois bien sec. La quasi-totalité des granulés en France issus d’un label de qualité, en revanche moins de 15% du marché formel du combustible bûche disposent aujourd’hui d’un signe de qualité. Le SER propose plusieurs mesures pour accompagner la structuration d’une filière bois-bûche de qualité :

  • Réduite le taux de TVA à 5,5% pour les combustibles labélisés
  • Mettre en place une prime à l’investissement pour des équipements de séchage

Mettre en place une campagne de communication nationale sur les bonnes pratiques et aider à modifier les modes de consommation

4

Fixer des niveaux d’exigences équivalents au Bepos pour les bâtiments neufs

Si la stratégie nationale bas carbone prévoit un objectif de neutralité carbone en 2050, il est essentiel que les bâtiments qui sont construits aujourd’hui soient d’un niveau énergétique ambitieux. Le SER préconise de mettre en place pour la future réglementation environnementale des bâtiments neufs un niveau équivalent au Bepos : bâtiment à énergie positive, niveau dans lequel les énergies renouvelables dont le bois ont toute leur place.

 

Commission chauffage au bois domestique

Co-Présidents de commission :
Michel ANTHERIEU, Qaeli
Aymeric de GALEMBERT, Seguin-Duteriez

Permanent référent du SER

Axel RICHARD
Chargé de mission bois domestique
Responsable du label Flamme Verte

 

 

Evénement à venir