Régions ultramarines

En route vers l’autonomie énergétique des Régions UltraMarines pour 2030

La loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte a inscrit l’objectif à horizon 2030 d’une autonomie énergétique pour les territoires ultramarins français. Compte tenu des contextes énergétiques locaux, celle-ci devra nécessairement reposer sur les énergies renouvelables. A ce jour, ces territoires sont pour la plupart très éloignés de cet objectif avec une consommation d’énergie très majoritairement d’origine fossile, ce qui entraîne des coûts importants pour la collectivité.

Chiffres clés

79 %

Part des énergies fossiles en 2015
dans le bilan énergétique en énergie primaire en Guyane, département d’outre-mer disposant du mix énergétique comportant le plus d’ EnR

290 €/MWh

Coût de production moyen dans les ZNI en 2016

96,2 €/MWh

Prix moyen proposé par les lauréats dans le cadre de l’appel d’offres photovoltaïques dans les ZNI de 2019

 

Les enjeux

  • Décarboner le mix énergétique et atteindre l’autonomie énergétique des territoires
  • Mettre en œuvre des mécanismes de soutien stables et lisibles permettant un développement ambitieux des énergies renouvelables dans les ZNI (Zones non Interconnectées)

 

 

Les propositions du SER

1

Un ajustement et une révision des PPE

pour 2023 et 2028 selon la réalité actualisée de chaque Région et l’objectif d’autonomie énergétique en 2030

2

Un ajustement des appels d’offres par territoire

selon l’objectif d’autonomie énergétique

3

Des mécanismes de soutien stables

pour les filières en développement

4

Une meilleure compatibilité entre les documents d’urbanisme,

POS et PLU, les schémas de mise en valeur de la mer, les schémas d’Aménagement Régionaux et les zones de développement potentielles des énergies renouvelables

5

Un recours accru aux solutions de gestion de la variabilité de la production éolienne et photovoltaïque

en coordination avec les gestionnaires de réseau, afin notamment d’augmenter le taux de pénétration des énergies renouvelables tout en maintenant un haut degré de sûreté du réseau

6

La mise en place accélérée de réseaux intelligents

permettant tout à la fois la gestion des multiples centrales de production, mais aussi de la demande et de son évolution à venir

7

La mise en place d’une « gouvernance énergétique » renouvelée

dans les territoires d’Outre-Mer incluant notamment l’État, les Régions, EDF SEI et les opérateurs privés

8

Le déploiement de moyens spécifiques

pour les filières énergétiques marines et géothermiques, susceptibles de gagner rapidement en maturité dans le contexte ultramarin

 

 

Commission Régions UltraMarines (RUM)

Président de commission : Frédéric MOYNE, Albioma

Permanent référent du SER

Samy ENGELSTEIN, Responsable Solaire et Régions UltraMarines