Le SER entre dans la campagne présidentielle : publication du Livre Blanc ‹‹ Renouvelables, l’énergie d’un nouvel élan pour la France ››

Placée sous le Haut patronage du Président de la République, la 22ème édition du colloque annuel du SER est aussi l’occasion pour le syndicat de publier le premier volet de son Livre Blanc destiné aux candidats et à leurs équipes de campagne. Dans la perspective d’un quinquennat décisif en matière de leadership et de souveraineté énergétique, ce document d’analyse prospective, enrichi par des experts, revient sur l’impérieuse nécessité pour la France d’accélérer le développement des énergies renouvelables.

Pour Jean-Louis Bal, Président du SER : ‹‹ Alors même que les Français plébiscitent les énergies renouvelables, qu’elles rendent notre industrie plus compétitive, soutiennent notre agriculture, diminuent nos importations d’énergies fossiles, créent de l’emploi et revitalisent nos territoires, la France accuse un retard important dans leur développement. Une situation à laquelle le prochain quinquennat devra remédier si nous voulons nous donner les moyens d’agir dans la lutte contre le réchauffement climatique et faire des énergies renouvelables et de la relance verte un nouvel élan pour la France ››.

Élément constitutif de notre souveraineté nationale, les énergies renouvelables révèlent et renforcent les atouts de notre pays. Facteur de compétitivité industrielle, elles doivent lui permettre de compter sur ses propres forces sans dépendre de sources d’énergie importées. Sources d’emplois, de dynamisme et d’attractivité dans les territoires, elles sont aussi une réponse aux enjeux de notre société en mutation à l’heure où les citoyens veulent jouer un rôle grandissant dans la transition énergétique.

Un soutien fort et consensuel au développement des énergies renouvelables en France

Publiée en marge de son 22ème colloque annuel qui se tient actuellement à Paris, le SER révèle les résultats d’un sondage mené par l’Ifop en septembre 2021. L’enquête confirme la tendance : les Français, de plus en plus préoccupés par l’urgence climatique, sont 70% à considérer la lutte contre le réchauffement comme un enjeu prioritaire de l’élection présidentielle. 6 interrogés sur 10 considèrent par ailleurs que la transition énergétique ne va pas assez vite dans notre pays (27% considérant qu’elle va au bon rythme et 13% trop vite). Un diagnostic partagé dans toutes les catégories d’âge et sociales de la population.

Pour accélérer la transition énergétique, les Français font majoritairement confiance aux énergies renouvelables. Elles font consensus à 87% comme solution utile pour lutter contre le réchauffement climatique et s’imposent parmi les mesures les plus efficaces pour sauver le climat. Elles sont également jugées favorables pour leurs effets sur l’emploi et leur capacité renforcer l’indépendance de la France par plus de 8 Français sur 10. Toutes les sources d’énergie renouvelables testées dans le cadre du sondage bénéficient d’une bonne image, rassemblant entre 64% et 90% des Français. Une proportion sensiblement supérieure à celle dont jouissent les autres types d’énergie.

Cette confiance dans les énergies renouvelables comme levier indispensable de la transition énergétique et de la lutte contre le réchauffement climatique débouche sur une attente politique forte à l’égard du prochain quinquennat : 87% des Français souhaitent que le futur président et son gouvernement encouragent le développement des énergies renouvelables en France. Un souhait partagé par tous les électorats.

Dans un contexte d’attaques et de polémiques, les Français continuent de soutenir très majoritairement l’éolien

Le soutien à l’éolien reste nettement dominant au sein de l’opinion publique. Sans nier les résistances au sein de catégories particulières, comme les générations les plus âgées et les sympathisants de droite, la volonté majoritaire demeure en faveur d’un développement de l’éolien. 2/3 des Français conservent aujourd’hui une vision positive de l’énergie éolienne (64% pour l’éolien terrestre, 66% pour l’éolien en mer). Au sein de leur région, 60% se prononcent en faveur d’un développement de l’éolien terrestre et 65% en faveur d’un développement de l’éolien en mer (pour les régions littorales).

Les critiques sur l’impact sur les paysages ne sont partagées que par une minorité de Français : 61% des Français, et 59% des habitants des communes rurales, déclarent « ne pas être dérangés » par la présence d’éoliennes dans les paysages de leur région ou lorsqu’ils se déplacent. Appelés arbitrer entre avantages et inconvénients des éoliennes, une large majorité des Français (58% contre 42%) tranche en faveur des éoliennes et souhaitent la poursuite de leur développement. L’éolien reste enfin très largement soutenu par les jeunes générations : 74% des 18-24 ans et 71% des 25-34 ans ont ainsi une perception positive de l’éolien terrestre.

Pour Jérôme Fourquet, Directeur du département Opinion & stratégies d’entreprise de l’Ifop : ‹‹ Appelés à trancher entre arguments pour et contre, 58% des Français considèrent que les éoliennes présentent plus d’avantages que d’inconvénients et souhaitent voir poursuivre leur développement dans notre pays. Des chiffres qui confirment que le soutien à l’éolien reste particulièrement marqué et significatif, surtout au sein des jeunes générations qui se révèlent être les plus sensibles à l’enjeu climatique››.